Propositions de programmes de Jean-Philippe Collard

1/

FAURÉ

  • Barcarolle n°1 en la mineur
  • Barcarolle n°3 en sol bémol majeurc
  • Barcarolle n°5 en Fa dièse mineur

CHOPIN                Sonate n°2 en si bémol mineur, dite ‘Funèbre’ 

(Grave-Doppo movimento, Scherzo, Marche funèbre: Lento, Finale, presto)

*******

SCRIABINE

  • Sonate n°4 en fa dièse mineur (Andante, Prestissimo volando)
  • Prélude et Nocturne pour la main gauche, opus 9
  • 2 Etudes opus 8 : 
    • n°11 en si bémol mineur
    • n°12 en ré dièse majeur
  • ‘Vers la flamme’ opus 72

2/

CHOPIN                24 Préludes, opus 28

********

FAURÉ                   Ballade en fa dièse majeur

GRANADOS, Goyescas (extraits)

  • Quejas o la maya y el ruisenor
  • El fandango de candil
  • Coloquio en la reja
  • Los requiebros

3/

TCHAIKOVSKI :                Dumka en ut mineur opus 59

RACHMANINOV              6 Moments musicaux opus 16

  • Andantino
  • Allegretto
  • Andante cantabile
  • Presto
  • Adagio sostenuto
  • Maestoso

*********

MOUSSORGSKY                 Les Tableaux d’une exposition

Intégrales

Fauré :                    13 Barcarolles (55’)

Granados :          Intégrale des Goyescas de Granados (55’)


Jean-Philippe Collard, piano

Médias

Concertos

Discographie

AU CŒUR DES COULEURS 

Jean-Philippe Collard appartient à cette catégorie d’artistes qui se déplacent dans l’espace comme ils jouent : les gestes mesurés effleurent les lumières jusqu’à ce qu’il s’installe devant l’instrument. Le pianiste est venu écouter ceux qui sont venus l’entendre. Sa proposition est celle d’un dialogue sans parole. Juste par le regard puis le son. Une infinité de sons.

Cette connivence si particulière dissimule tout le travail préparatoire d’avant-concert : l’oubli de la nervosité – que les après-midis sont longues avant l’entrée sur scène ! – la domination d’un corps impatient, la canalisation du courage, la maîtrise des ultimes instants avant le saut dans le vide, c’est selon. Il est nécessaire, dit-il, « d’être aspiré par la musique, être apaisé pour retrouver le chemin de la spontanéité et capter le public ». Transmettre et révéler la beauté de la musique dépasse la nature d’une passion : la démarche est de l’ordre de la nécessité vitale pour laquelle il faut se résoudre à partager ses propres émotions, sans désir de conquête en retour. Une offrande, immense, après des centaines de concerts et plus d’une soixantaine d’enregistrements.

« Il faut toucher au cœur et ne pas trop intellectualiser les œuvres labourées depuis des années » affirme aussi l’interprète. Elles composent une prodigieuse récolte, les fruits du romantisme, de Chopin et de Schumann, prolongée jusqu’à Rachmaninov et embellie de deux siècles de musique française.

Tous les mondes sonores de Jean-Philippe Collard sont imprégnés de couleurs, cette « sensation que produit sur l’organe de la vue, la lumière diversement réfléchie par les corps » propose le dictionnaire Littré avec une perception épicurienne inhabituelle dans un tel ouvrage et, pourtant, si familière chez un pianiste qui se dit, précisément, « affamé de couleurs ». Mais pas n’importe lesquelles. Gourmet des pigments, l’artiste sait ce qu’est la nuance en toute chose, lorsque les paysages sonores au tempérament mesuré résonnent dans l’irisation des arpèges et la caudalie des accords. Quand il se remémore son apprentissage auprès de Pierre Sancan, l’amitié de Vladimir Horowitz puis ses rencontres dans le monde entier aux côtés du gotha des chefs et des plus grands orchestres, Jean-Philippe Collard sait qu’il peut tout dire au public. Alors, il a rendu hommage aux dieux des couleurs, ses compositeurs.

www.jeanphilippecollard.com


Quatuor Beat

Médias

Concerto de Cythère,

Spectacles

Presse

Discographie

Gabriel Benlolo, Hervé Trovel, Jérôme Guicherd, Laurent Fraiche

BEAT : Le battement…….

« Fondement principal de la musique dite « pulsée » et origine de l’émotion musicale. »

Quatre percussionnistes, quatre Claviers à Percussion, quatre batteries, plusieurs dizaines de baguettes….des instruments que l’on percute, frappe, tape, caresse, secoue, agite, gratte, frotte… Des baguettes agiles qui transfigurent les mélodies, une batterie qui rythme tout ce qu’elle entend passer :classique, jazz, tzigane, ou afro-brésilien… Un mélange follement énergique, savant et drôle, qui va de la musique contemporaine aux musiques traditionnelles.

Lauréats de plusieurs concours internationaux (Gaetano Zinetti à Vérone, Européennes d’Alsace à Illzach…), Gabriel Benlolo, Laurent Fraiche, Jérome Guicherd et Hervé Trovel assemblent arrangements inédits, créations, compositions et pièces originales dans une mixture de gestes et de sons qui réinvente le concert de musique de chambre en un vrai spectacle !

Ils se produisent dans le monde entier, prêchant la magie des percussions sous un angle nouveau ; « Le Spectacle » en 2007 puis [Kromoritmos] en 2012 et Chuuut en 2018 mise en scène par Pierre-Jean Carrus, « Drumblebee » laureat des YAMA, Junge Ohren et YEAh Awards mise en scène Daniel Tanson.

Ces 2 derniers spectacles ont été produits par la Philharmonie du Luxembourg.

Ils sont également dédicataires et créateurs de « Cythere » ,concerto pour quatuor de percussions et orchestre de Guillaume Connesson pour lequel il a reçu la Victoire de la Musique pour la meilleure création contemporaine en 2015.

Le Quatuor Beat joue sur instruments Bergerault et Sabian et baguettes Resta-Jay.

Il est en résidence depuis 2009 au conservatoire Léo Delibes à Clichy la Garenne.

https://www.quatuorbeat.com/en/





Quatuor Meccore – Presse

World-class. The Meccore String quartet shines / « De renommée internationale. le Quatuor Meccore brille »

“The quartet, founded in 2017 and multiply prize winning, has realized in August Everding hall works by Grieg, Schostakowitsch and Tschaikowsky with such fire, such stage presence, such a really unique dance-like impetus and such infalliable taste like only an absolute world-class ensemble is possible to do.”

Harald Eggebrecht, Süddeutsche Zeitung, January 2018

https://www.sueddeutsche.de/kultur/kurzkritik-weltklasse-1.3839174

Exceeded expectations / « Attentes dépassées »

“Among experts, the Meccore String Quartet is reckoned the best Polish string quartet. (…) Across Europe there are extremely few quartets so young but who play at such a high level. Four stylists who left their ‘Sturm und Drang’ period behind and passionately explore the works they chose, displaying a delicate technical acuteness which, at the same time, leaves room for emotional emphasis.”

Ulrich Pfaffenberger, Süddeutsche Zeitung, December 2017

https://www.sueddeutsche.de/muenchen/ebersberg/erwartungen-uebertroffen-gluehendes-eis-1.3787642

Stupendous Virtuosity and Emotion / « Virtuosité et émotion stupéfiantes »

“The Polish quartet (…), among the most exciting ones of their generation, performed with fervour, excelled in fascinating contrasts, and displayed elaborate phrasing. (…) The four stunning virtuosi created powerful suspense and dynamics, seizing the audience to follow with tangible concentration on a continuously high level. Bravos, cheers and stamping feet already after the first piece and before the intermission acclaimed a performance as much refreshing as musically convincing.”

Udo Watter, Süddeutsche Zeitung, April 2017

https://www.sueddeutsche.de/muenchen/landkreismuenchen/konzert-in-pullach-saitenkuenstler-mit-herz-1.3454592

The best Polish string quartet ever – « Le meilleur quatuor polonais de tous les temps »

“Meccore quartet make a unique use of dynamics and phrasing. Their interpretations of Beethoven, Szymanowski and Sibelius are like holy fire pouring from the skies. The best Polish string quartet ever. The four have Beethoven’s music under their skins. »

Lidy van der Spek, « Algemeen Dagblad », November 2016

« Arrivent les quatre musiciens du Quatuor Meccore pour le Concerto en fa mineur. Ils jouent debout, le violoncelliste sur une petite estrade le mettant à la même hauteur que ses camarades. Ils appuient sur leurs archets, ancrent leur main gauche sur le manche de leurs instruments, poussent leur sonorité qui porte jusqu’au premier balcon avec une plénitude impressionnante » – Alain Lompech

https://bachtrack.com/fr_FR/critique-blechacz-quatuor-meccore-chopin-philharmonie-paris-juin-2019

Magnetizing – « Magnétique »

« They sound so magnetizing that you forget it’s a string quartet playing. Even the slightest nuance of the piece is gleaming. »

Susanne Pütz, « HR2 Kultur », August 2016


Répertoire 21-22-23 et programmes du Quatuor Meccore

Répertoire

  • J. S. Bach – Die Kunst der Fuge (selection)
  • J. Haydn – String Quartet in C major op. 20 no. 2
  • L. van Beethoven – String Quartet in A major op. 18 no. 5
  • G. Verdi – String Quartet in E minor
  • G. Puccini – “Crisantemi” for string quartet
  • R. Schumann – String Quartet in A minor no. 1 op. 41
  • G. Bacewicz – String Quartet no. 5
  • K. Penderecki – Complete String Quartets and String Trio
  • Optional Polish repertoire:
  • K. Szymanowski – String Quartet no 2 op. 56

Exemples de programmes

  • J. Haydn – String Quartet in F major op. 20 no. 2
  • G. Bacewicz – String Quartet no. 5
  • — intermission —
  • R. Schumann – String Quartet in A minor no. 1 op. 41

  • K. Penderecki – String Quartet no. 3
  • L. van Beethoven – String Quartet in A major op. 18 no. 5
  • — intermission —
  • G. Verdi – String Quartet in E minor

  • K. Penderecki – Complete String Quartets and String Trio

  • Program 4.
  • J. S. Bach – Die Kunst der Fuge (audio + video + reading)